Les tendances de la ePharma

Les tendances de la ePharma

La Rédaction • le 20 octobre 2021

Le commerce en ligne est bien installé dans les habitudes de consommation, comme en témoigne le succès des plateformes proposant ce type de service. Il touche aujourd’hui également le monde de la pharmacie, qui a tout intérêt à se développer sur internet.

Le cabinet de conseils et d’étude de marché Grand View Research a publié en septembre 2021 l’étude « ePharmacy Market Size, Share & Trends Analysis Report By Region », et fait le point sur les tendances de la vente en ligne du monde pharmaceutique.

Des chiffres parlants

 

En 2020, le marché mondial de la pharmacie en ligne a été estimé à 60.8 milliards de dollars américains, soit un peu moins de 51.9 milliards d’euros. Son évolution est prévue à la hausse, puisqu’entre 2021 et 2028 une augmentation annuelle de 18.4% de ce chiffre est estimée par l’étude citée.

 

Deux facteurs qui expliquent ce phénomène

 

Tout d’abord, l’accès de plus en plus facilité à internet dans le monde entier augmente le nombre de personnes ayant accès aux services de vente en ligne. Aujourd’hui, plus de 5 milliards d’individus sont des internautes (selon le site internet live stats, consulté le 26/09/2021), et ce chiffre est en augmentation constante.

 

Ensuite, la tendance à la digitalisation des services de santé, et des officines notamment, ouvre naturellement la voie vers l’utilisation des services de commerce en ligne.

 

Et pour ne rien rater sur la digitalisation de l’officine, téléchargez notre guide.

 

L’impact de la crise sanitaire

 

Malgré le statut essentiel des pharmacies leur ayant permis de rester ouvertes durant les confinements, les pharmacies en ligne ont bénéficié d’une augmentation nette de leurs ventes depuis le début de la crise sanitaire. Dans le monde, une augmentation de 38% s’est ainsi observée entre 2019 et 2020, selon l’étude réalisée par Grand View Research.

 

La crise sanitaire a ainsi justifié le développement des services de pharmacie en ligne. Cela ne signifie pas pour autant que ces services seront moins utilisés une fois la crise passée. En effet, à présent que les plateformes sont développées et optimisées, il est à prévoir que les utilisateurs garderont cette habitude de consommation. L’étude de Grand View Research a également montré que les ventes en ligne continueront à augmenter dans les 5 prochaines années, avec entre 15.4% et 19.4% de ventes de médicaments en ligne supplémentaires dans le monde.  Après avoir réduit au strict nécessaire les déplacements durant ces deux dernières années, les consommateurs et clients ont adopté de nouvelles pratiques, dont le commerce en ligne, et risquent fortement de les conserver.

 

 

 

Quelles sont les plateformes de vente en ligne de produits parapharmaceutiques et de médicaments ?

 

Afin de vendre leurs produits de parapharmacie en France, les pharmaciens peuvent se tourner vers plusieurs plateformes. Amazon, 1001 pharmaciens, Doctipharma et pharmamarket leur permettent ainsi de gérer et d’écouler leurs stocks en bénéficiant de leur notoriété et visibilité.

 

Une autre possibilité reste bien entendu pour une officine de créer son propre site internet, après validation de l’ARS. Elle pourra alors également y proposer les médicaments délivrables sans ordonnance.

 

Il faut toutefois rester vigilant, car les sites illégaux de vente en ligne sont eux aussi en expansion. Afin de retrouver les bonnes pratiques à adopter, consultez notre article sur le sujet ici.

 

Une nouvelle concurrence pour les officines

 

Le 17 novembre 2020, Amazon a lancé son service de livraison de médicaments sur ordonnance : Amazon Pharmacy. Pour l’instant uniquement disponible aux États-Unis, ce service y concurrence les officines. Le système d’Amazon Prime permet aux personnes abonnées d’obtenir des réductions sur les produits pharmaceutiques, ce qui attire nécessairement une nouvelle clientèle.

 

Une législation française à l’encontre des nouveaux modes de consommation

 

Pour le moment, Amazon ne peut pas importer ce modèle en France, la législation française interdisant la vente de médicaments sur ordonnance en ligne. La plateforme y vend en revanche d’ores et déjà les produits parapharmaceutiques. Si un jour la législation française était amenée à évoluer et à s’assouplir, le géant du e-commerce devrait trouver des consommateurs intéressés par la livraison de médicaments sur ordonnance. Selon une étude réalisée par le cabinet de conseil Simon-Kucher & Partners, plus de 21% des clients réguliers d’Amazon seraient prêts à utiliser un service pharmacie. Parmi les raisons invoquées : la praticité, ainsi que le prix attractif.

 

La vente en ligne de médicaments et de produits pharmaceutiques prend de l’ampleur, que ce soit dans le monde ou en France. Que l’on entende parler de « pharmacie en ligne », « vente en ligne de médicaments », « e-commerce de médicaments » ou encore de « ePharma » ; les termes ne manquent pas pour décrire ce phénomène en pleine expansion, dans lequel les officines ont tout intérêt à s’inscrire.

 

Sources :

https://www.grandviewresearch.com/industry-analysis/epharmacies-market#utm_source=Twitter&utm_medium=Social&utm_campaign=covid19-alert_cp_Sep-07-2021_hc&utm_content=epharmacy-market

https://www.courrierinternational.com/article/commerce-amazon-lance-sa-pharmacie-en-ligne

https://lapharmaciedigitale.com/actualites/amazon-pharmacie/

https://www.buzzcomptoir.com/2020/12/01/tout-savoir-sur-la-vente-en-ligne-de-medicaments/

https://www.simon-kucher.com/fr/about/media-center/etude-amazon-pharmacy-un-danger-qui-pourrait-bien-guetter-les-pharmacies-francaises

https://pubosphere.fr/comment-le-e-commerce-a-t-il-bouleverse-les-habitudes-dachat-des-francais/

 

membres fans