La pharmacie clinique en oncologie

La pharmacie clinique en oncologie

La Rédaction • le 09 juin 2021

À présent que la chimiothérapie par voie orale se démocratise et fait son arrivée dans les officines de ville, les pharmaciens et pharmaciennes comptent parmi leurs nouvelles missions la délivrance de ce traitement.

La chimiothérapie par voie orale se présente sous forme de gélule ou de comprimé. Cette nouvelle forme diffère de celle par voie intraveineuse, plus invasive. Afin de mieux cerner les besoins des patients, nous avons échangé avec Isabelle, atteinte d’un ostéosarcome depuis 2005 et sous chimiothérapie par voie orale depuis 6 ans.

 

Les différentes chimiothérapies

La chimiothérapie par voie intraveineuse nécessite des déplacements récurrents à l’hôpital, afin de recevoir le traitement. Ce type de soins irrite les veines du fait même de sa nature et des perfusions répétées. Afin de les préserver au maximum, les professionnels de la santé procèdent à l’installation d’un PAC (port à cathéter), un dispositif permettant l’utilisation d’un cathéter. Cela évite de perfuser la peau à chaque chimiothérapie. Certaines molécules ne sont pas injectables par voie orale, et nécessitent donc encore un traitement par intraveineuse.

Lorsque c’est possible et si le patient donne son accord, une chimiothérapie par voie orale peut également être administrée. Cette thérapie est plus ciblée, et permet au patient de mieux vivre au quotidien. Elle réduit les allers-retours entre l’hôpital et le domicile et par conséquent le temps consacré à la prise du traitement. Toutefois, le patient porte la responsabilité de son traitement et se doit de le respecter scrupuleusement.

Le patient au cœur de son parcours de soin

La spécificité de la chimiothérapie par voie orale est que le patient est situé au cœur du parcours de soin. Il est en charge de respecter scrupuleusement la prise du traitement en prenant en compte les contraintes spécifiques à chaque chimiothérapie, comme par exemple le respect d’un jeûne précédant l’ingestion du médicament. Le patient doit également connaître les molécules entrant en interaction avec son traitement, car tous les pharmaciens et professionnels de la santé ne sont pas encore systématiquement formés à l’arrivée de la chimiothérapie par voie orale.

Isabelle, patiente : « Je me sens totalement spécialiste de mon médicament ! Je sais qu’il faut respecter à la lettre ce que l’oncologue m’a expliqué au départ, et je m’y tiens scrupuleusement depuis 6 ans. Je me suis organisée afin de ne jamais oublier de prendre mon traitement. Et à chaque prise de médicament, je note le numéro du jour sur la boîte. Il m’est déjà arrivé de ne plus savoir si j’avais pris ma chimio parce que je gérais plusieurs choses en même temps. Je devais alors recompter tous les cachets du mois qu’il me restait pour savoir si je l’avais pris… »

Le rôle du pharmacien de ville

Isabelle, patiente : « Ma chimiothérapie par voie orale était délivrée dans le cadre d’un essai clinique pendant 3 ans, donc uniquement auprès de la pharmacie de l’hôpital. Puis les pharmacies de ville ont pu obtenir ces traitements, et lorsque je suis sortie de l’essai clinique, j’ai pu me le procurer dans ces officines. »

Dès lors que le patient est sous chimiothérapie par voie orale, il récupère son traitement dans une pharmacie hospitalière ou bien en ville. Le pharmacien en ville doit commander le traitement, qu’il n’a pas en stock du fait de son prix coûteux. Dès réception de la commande, bien souvent le lendemain, le patient peut aller chercher sa boîte de médicaments.

En tant que pharmacien, vous pouvez vous former sur les enjeux et contraintes de ce traitement. Vous limiterez ainsi les risques de délivrer un médicament entrant en interaction avec la chimiothérapie, dans le cas où le patient et le médecin prescrivant le médicament auraient omis de prendre en considération la prise en parallèle de chimiothérapie. Il est ainsi nécessaire de connaître les caractéristiques des nouveaux traitements, et tout particulièrement lorsque vous délivrez un traitement à un patient touché par un cancer.

Isabelle, patiente : « La pharmacie me délivre le traitement, mais c’est spécifiquement mon oncologue qui me le prescrit et m’explique la marche à suivre. J’ai moi-même expliqué à mon médecin traitant les médicaments incompatibles avec cette chimio par voie orale. En cas d’erreur de prescription, cela peut être rassurant que le pharmacien soit au courant également ! »

Vos connaissances sur son traitement permettront enfin au patient de se sentir plus accompagné et soutenu dans sa prise en charge.

En cas de doute sur un traitement de chimiothérapie par voie orale, il ne faut pas hésiter à se référer à la documentation disponible pour tous les médicaments, qu’il s’agisse de la base de données publique des médicaments ou du Thesaurus des interactions médicamenteuses.

De nouveaux enjeux : observance et effets indésirables

Un nouvel avenant à la convention nationale pharmaceutique a été signé le 29 juillet 2020. Il prévoit une rémunération pour les pharmaciens mettant en place des entretiens pharmaceutiques dans le cadre de l’accompagnement des patients suivant un traitement anticancéreux oral. L’objectif est ainsi d’encourager la spécialisation des professionnels de l’officine dans le domaine de l’oncologie. Ils pourront alors s’entretenir avec les patients sur les effets indésirables lorsqu’il y en a, et sur l’observance de la prescription médicale.

Des solutions pour faciliter la coordination entre professionnels de santé

Afin de limiter les risques et d’assurer un partage des connaissances sur le patient, il est possible pour ce dernier de créer un Dossier Médical Partagé (DMP). Ce dossier permet un meilleur parcours et accompagnement du patient.

En complément de ce dossier, il existe le DCC (Dossier Communicant de Cancérologie). Il permet une prise en charge plus spécifique, avec les éléments nécessaires à la connaissance du parcours de soin du patient. Avec les messageries instantanées et sécurisées entre professionnels de santé, les interactions entre domaines hospitaliers et ambulatoires sont facilitées en cas de doute.

 

 

Afin de mener à bien leur nouvelle mission et d’accompagner au mieux leurs patients, les pharmaciens vont devoir acquérir des connaissances supplémentaires sur la chimiothérapie par voie orale.

 

Sources :

https://www.roche.fr/fr/patients/info-patients-cancer/traitement-cancer/traitement-chimiotherapie/chimiotherapie-orale.html

https://www.youtube.com/watch?v=OHmpCBW-pvM

https://www.ameli.fr/pharmacien/actualites/signature-dun-nouvel-avenant-sur-laccompagnement-pharmaceutique-et-lexercice-coordonne

https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Parcours-de-soins-des-patients/Le-dossier-communicant-de-cancerologie

Populaire sur Buzz Comptoir
membres fans