Mise en garde de l’Anses sur la consommation de compléments alimentaires
La Rédaction • le 11 mai 2020

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a effectué de nombreuses recherches en rapport avec les risques sanitaires liés au coronavirus. Une d’elle démontre l’impact négatif que peut avoir la consommation de compléments alimentaires sur les défenses immunitaires. Certaines plantes ont un effet anti-inflammatoire pouvant perturber le système immunitaire.

 

Les compléments alimentaires à éviter

Les adeptes de la phytothérapie, habitués à s’en remettre aux pouvoirs des plantes, sont mis en garde sur leur utilisation de certains complémentaires contenant les plantes suivantes :

  • Saule, reine des prés, bouleau, peuplier, verge d’or et polygalas sont des plantes contenant des dérivés de l’acide salicylique, analogues de l’aspirine,
  • L’harpagophytum, les échinacées, le curcuma, la griffe du chat (appelée aussi liane du Pérou), Boswellia et Commiphora, des anti-inflammatoires végétaux.

L’Anses s’est en effet penchée sur les mécanismes immunomodulateurs et anti-inflammatoires des plantes ainsi que leur capacité à perturber les défenses naturelles de l’organisme lors des infections. Ces plantes causeraient des effets d’interférences avec la réponse immunitaire et inflammatoire qui est nécessaire pour lutter contre le Covid-19.

Les alternatives aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

« Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont la réputation de favoriser ou d’aggraver certaines infections. Dans le traitement de la fièvre due au Covid-19, leur emploi est formellement déconseillé, au profit du paracétamol qui est aussi efficace et n’interagit pas avec les phénomènes infectieux », rappelle l’Académie nationale de médecine.

Certains patients atteints du Covid-19 ont vu leur cas s’aggraver suite a une prise d’anti-inflammatoires. Les poumons, les reins et les autres organes agressés par le Covid-19 développent une réaction anti-inflammatoire, qui est donc traitée par d’autres types de médicaments.

Les recommandations de l’Anses

L’Anses recommande aux personnes qui consomment des compléments alimentaires aux plantes cités au-dessus dans un but préventif  de « suspendre immédiatement la consommation de compléments alimentaires contenant ces plantes dès l’apparition des premiers symptômes du Covid-19 » ainsi que «  l’auto-médication par anti-inflammatoires qui doit être proscrite ».

Sources : 20 minutes , Sciences et Avenir, 60 millions de consommateurs , l’Anses

*champs obligatoires

 

 

12 043 membres 15 000 fans